Essai BMW iX xDrive50

BMW n’entend pas passer à côté du marché électrique en plein développement. Sa gamme s’enrichit de l’iX, un OVNI qui ne joue pas dans la discrétion. Nous avons fait sa connaissance le temps d’une journée à son volant.

Un prototype de salon sur la route

Le BMW iX frappe fort avec son design atypique. Il n’y a plus de salons pour y présenter des concept-cars ? Ce n’est pas grave, à Munich on a décidé de les mettre directement sur la route. On pourrait le penser en voyant le nouveau venu avec ce look aussi futuriste. N’essayez pas de le mettre dans une case, il ne rentre dans aucune. Jamais nous n’aurions imaginé voir un regard animal dans la face avant d’une voiture aussi géométrique. À vous de décider quelle bête vous pensez reconnaître.

En tout cas, cet iX en impose ! Il mesure presque 5 mètres de long. Il est large de quasiment 2, et s’avère plus grand qu’un ancien président. Il faut le voir évoluer dans la nature pour se rendre compte à quel point on ne le rate pas quand il passe. Évidemment, il se cache beaucoup de technologies derrière cette carrosserie. Les radars et autres capteurs nécessaires à la conduite semi-automatique sont discrètement intégrés derrière la calandre. Celle-ci se réchauffe si besoin, pour garder ces équipements actifs en cas de givre ou de neige.

Un intérieur futuriste

À l’intérieur, on se croit dans un vaisseau spatial, dont le cockpit aurait été imaginé par des designers d’Ikea. Il se montre plutôt minimaliste dans la décoration, mais spacieux, et regorgeant de détails plutôt flatteurs. Évidemment tout s’articule autour du très large écran incurvé servant d’instrumentation. La plupart des revêtements sont issus de matériaux recyclables. On peste un peu sur le design du volant, mais il s’avère aisé à manier. Au moment de régler le siège, on pose nos doigts sur des boutons en verre multifacettes, comme des pierres de bijouterie.

Même chose pour la molette dédiée à la gestion de l’infotainment, du même type. Elle s’intègre dans la console centrale en bois tactile. Oui oui, du bois tactile, on voit ça assez rarement en automobile, comme en dehors d’ailleurs. La navigation dans les menus se fait de manière plutôt intuitive, même s’il faut un temps d’adaptation. Une connectivité complète, avec réseau 5G autorise des mises à jour des équipements, comme les applications de votre smartphone. Le côté « vaisseau spatial » prend tout son sens dans une voiture électrique comme l’iX.

524 chevaux, 2 585 kilos

Dans notre configuration xDrive 50, l’iX compte un moteur sur chaque essieu. Puissance : 385 kW ! On vous aide, c’est l’équivalent de 523 chevaux. Il fallait au moins ça pour faire oublier son poids insolent de plus de 2,5 tonnes. Pourtant, BMW a fait appel à de l’aluminium et du carbone pour minimiser l’impact de son embonpoint notoire. Avec une telle cavalerie, les performances sont tout bonnement extraordinaires. 4,6 secondes pour atteindre les 100 km/h, on a vu mieux. Mais la vie continue après cette vitesse, jusqu’à 200 km/h. Les reprises sont plutôt surprenantes.

Ce poids, on le doit notamment à sa batterie de 105,2 kWh de capacité nette. L’autonomie ? Plus de 600 km. Un chiffre à relativiser évidemment suivant le profil de conduite et les routes empruntées. Heureusement, le constructeur de Munich a mis un chargeur suffisamment puissant, 200 kW. De quoi assurer une recharge dans le temps standard de 35 minutes, pour passer de 10 à 80% sur une borne rapide. Il faut une wallbox de 11kW pour récupérer 100% en 11 heures.

Beaucoup de technologies

Question confort, il n’y a pas grand-chose à dire. La suspension pneumatique fait le job, et avale les irrégularités de la route avec aisance. Ses roues directrices lui donnent même une agilité insoupçonnée, si l’on reste raisonnable. Pas de miracle quand on hausse le rythme, le poids se rappelle à notre bon souvenir. On le regrette un peu, compte tenu de la disponibilité de la forte puissance en permanence. On se se surprend ainsi à rouler vite, juste pour les sensations qu’offre les accélérations. Mais cette BMW iX, on la préfèrerait presque quand on lui laisse la main.

La régénération intelligente agit en fonction des conditions de circulation. Une intersection ? Un rond-point? Elle anticipe le ralentissement avec une gestion du frein moteur optimale. Notez qu’elle le fait sans à-coups désagréables, comme le font parfois certaines assistances dans d’autres voitures. On n’a pas forcément envie de les débrancher. Avec ses dimensions, il n’est pas toujours évident de se garer. Oui il y a une caméra évoluée et des radars, avec un stationnement automatisé (que personne n’utilise). Mais BMW va plus loin, en gardant en mémoire la manœuvre délicate pour rentrer dans votre garage, et la reproduit ensuite sans votre intervention les fois suivantes.

Dès 103 500 €

Cette vitrine démontre le savoir-faire électrique de BMW. Avec toutes ces technologies, l’iX s’inscrit dans un futur qui deviendra bientôt notre présent. Mais cet extraterrestre automobile, nous livrant un aperçu de l’avenir, se vend à un tarif assez élitiste. 118 905 euros pour notre modèle d’essai. La gamme démarre à 103 500 euros avec cette motorisation…

+ON AIME
 IntérieurPerformancesTechnologies
ON AIME MOINS
 Poids élevéPrix élevésDesign clivant
BMW iX xDrive50
Prix (à partir de)103 500 €
Prix du modèle essayé118 905 €
Bonus / Malus0 €
Moteur
Type et implantationX2 électrique
Cylindrée (cm3) –
Puissance (ch/kW)523 / 385
Couple (Nm)765
Transmission
Roues motrices intégrale
Boîte de vitesses auto
Châssis
Freins à disque + régénération
Jantes et pneus 275/40 R22
Performances
Vitesse maximale (km/h) 200
0 à 100 km/h (s)4,6
Consommation
Autonomie (km)549 à 630
CO2 (g/km)0
Dimensions
Longueur (mm)4 953
Largeur (mm)1 967
Hauteur (mm) 1 695
Empattement (mm) 3 000
Volume de coffre (l) 500
Poids (kg) 2 585